AAC JE <br>Expérience(s) du monde, expérience(s) de soi. Identités, résistances, horizons (Afrique, Asie, Amérique, XIXe-XXIe siècles) - CESSMA - Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques

AAC JE
Expérience(s) du monde, expérience(s) de soi. Identités, résistances, horizons (Afrique, Asie, Amérique, XIXe-XXIe siècles)


APPEL A COMMUNICATIONS
pour une journée d’étude

EXPÉRIENCE(S) DU MONDE, EXPÉRIENCE(S) DE SOI Identités, résistances, horizons (Afrique, Asie, Amérique, XIXe-XXIe siècles)

« J’arrivais dans le monde, soucieux de faire lever un sens aux choses, mon âme pleine de désir d’être à l’origine du monde, et voici que je me découvrais objet au milieu d’autres objets » (Frantz FANON).

Insistant sur l’expérience de soi comme expérience d’une objectivation inhérente à l’autre, ontologie prédatrice à laquelle nul n’échappe, Frantz Fanon faisait de l’expérience l’origine du savoir. Cette journée d’étude a pour ambition de revenir sur la subjectivation de l’expérience comme soubassement de la preuve et de reconsidérer dans son processus, sa possible charge émancipatoire.
En nous fondant sur l’expérience vécue comme accès à un rapport de soi, nous souhaitons réinterroger le caractère construit de l’expérience, la manière pour chacun de structurer la position de « l’Autre » face à soi-même. Dans cette confrontation avec l’inconnu s’impose un dialogue de la « résistance » et de « l’émancipation » qui, sous la forme de la subjectivité, se retrouve inséré dans des narrations institutionnelles. Loin d’une écologie individuelle, il s’agira ainsi de se garder de l’évidence de l’expérience afin d’interroger les modalités mêmes de son élaboration : là apparaissent les formes de construction, d’affirmation et de réappropriation du soi obligeant à adopter un regard rétrospectif voire réflexif. Au cœur de cette journée, demeure l’importance de resituer l’individu à la fois comme spectateur et comme acteur, au centre des institutionnalisations de l’expérience. Pour ce faire est nécessaire le refus de l’anhistoricité des identités et des catégorisations (« classes », « races », « sexualités », « genres », « folies »…) voulue par le politique pour revenir à l’élaboration même d’entités qui, bien que volontairement figées par les pouvoirs, se doivent d’être déclinées dans des processus historiques et connectés. Nous voulons ainsi nous dégager de la seule insistance répressive dans le façonnement des pratiques et permettre d’interroger les rationalités et dynamiques internes aux expériences individuelles et collectives. En ce sens, nous privilégierons les études insistant sur la place et le regard des acteurs « subalternes », en opposition à une vision trop fréquemment européocentrée.
En revenant sur cette question de « l’expérience » dans ses articulations aussi bien théoriques qu’empiriques, cette journée a également pour objectif d’encourager le dialogue entre jeunes chercheurs et de permettre la mise en reliefs d’objets d’étude bien souvent construits dans un cadre restreint. Réunissant des travaux portant sur les différents espaces extra-européens (Afrique, Asie, Amérique latine & centrale) de toutes disciplines (histoire, anthropologie, géographie, histoire de l’art, philosophie, littérature, etc.), nous désirons aussi permettre un dialogue encore trop rare entre étudiants de master, doctorants et jeunes docteurs.

Cette journée d’étude aura lieu le jeudi 11 avril 2019 à l’université Denis Diderot — Paris VII et prendra la forme de quatre tables rondes aux thèmes plus précisément développés ci-dessous. Les propositions de communication doivent être soumises avant le 1er février 2019 à experience.diderot19@mail.fr



Axe 1 : L’autre pour se dire soi-même ? Expériences collectives et souci de soi
Qu’est-ce que se raconter ? Comment restituer une nature perçue tandis que s’impose une tension entre restitution et construction ? Cette table souhaite revenir sur la subjectivation individuelle comme indissociable d’une objectivation du collectif. S’il n’est possible de se penser individuellement qu’à la condition d’un retour réflexif passant par le collectif, il s’agira de réexaminer une critique qui n’existe pas en soi, mais devant être pensée comme un attribut plutôt qu’une substance. Entre temps d’attente et évènements, ce souci de création permanente devra ainsi être replacé en des temporalités et conjonctures précises afin de dégager le moment de l’expérience de celui d’une « pratique réfléchie » pour questionner les revendications collectives.

Axe 2 : À corps perdu. Expérience du corps, expérience de l’intime
L’exercice des pouvoirs est indissociable du corps essentialisé au coeur des relations de pouvoir. Or s’il y a pouvoir, surgissent obligatoirement des formes de résistances qu’il s’agit de situer. Apparait dès lors indispensable de revenir sur une sociologie des acteurs (médecins, instituteurs, artistes, religieux...) pour parvenir, au-delà du langage, à réinterroger l’extension des expériences de transgressions. L’art de « l’indocilité réfléchie » ou de « l’inservitude volontaire » ne devient possible qu’à la condition d’une invention de la singularité : cette table entend revenir sur cette rationalité du sujet, dans son rapport de soi à soi.

Axe 3 : Appréhender l’urbain, ressentir le monde. Agitations cosmopolites, sentiments océaniques
Agglomérats de regards et d’imaginaires souvent préconstruits, les espaces sont par essence constitutifs de l’expérience ; cadres de la confrontation sans cesse recomposée et réappropriée, tantôt fixes tantôt mobiles, ils demeurent au fondement de la prise de conscience. Vecteurs de circulations matérielles, discursives ou humaines (marins, soldats, étudiants, femmes…), l’espace urbain cristallise bien souvent un désir de l’ailleurs enchevêtré en de 3 multiples situations. À bien des égards, il semble ainsi nécessaire de revenir sur l’importance de la ville comme lieu de concentration et de paradoxe entre émancipation et aliénation.

Axe 4 : Des traces du vécu. Du désir de transmettre aux échos du silence
C’est n’est qu’en questionnant la disqualification ou requalification du savoir local au prisme d’un savoir imposé (colonial, impérial, occidental, politique, etc.), la multiplicité des compétences et les reconfigurations du partage du sensible, que transparaissent les initiatives émancipatrices. Au coeur de ce processus, la question de la transmission du vécu, de ses supports (littérature, art, photographie, récits de vie, etc.), de ses temporalités et transformations. Cette table entend ainsi revenir sur les négociations permanentes, entre refus et réappropriations, d’un partage du sensible et d’un savoir expérimenté.



COMITÉ DE SÉLECTION
Alexandre AUDARD
doctorant en histoire (université Denis Diderot – Paris VII / CESSMA)
Raphaël GALLIEN
étudiant en master II d’histoire et d’anthropologie (université Denis Diderot – Paris VII)
Xavier LUCE
doctorant en littérature (université Paris Sorbonne – Paris IV / CELLF)
Justine VIGNERÈS
étudiante en master II d’histoire de l’art (ENS ; université Paris Nanterre – Paris X)


Documents joints

AAC Expériences Avril 2019
AAC Expériences Avril 2019