NEJJAR Lamia - CESSMA - Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques

NEJJAR Lamia

par  NEJJAR Lamia

Sciences Economiques
Contactez-le





Sujet de Thèse

Les transformations de la politique Africaine du Maroc au regard des changements géopolitiques régionaux et des mutations du Makhzen

Directeur de thèse : M. Jean Yves Moisseron (CESSMA - Université Paris 7 Diderot)

Résumé de thèse

Economies fragilisées, frontières redessinées, gouvernements destitués et prises de pouvoir controversées. La stabilité politique, économique et sociale des pays Africains est devenue un enjeu majeur et un réel défi. En effet, la dernière décennie Africaine a été principalement marquée par des revendications démocratiques, l’implémentation de groupes terroristes et des contestations de pouvoir.
De l’Egypte à la Tunisie, du Nigéria au Cameroun, du Mali au Niger, les puissances Africaines ont progressivement perdu leur statut de leader régional et/ou continental. Ce chamboulement géopolitique a permis une redistribution des cartes en Afrique.
D’abord partisan de la politique de la chaise vide, en limitant et excluant toutes relations diplomatiques et économiques avec des pays reconnaissant le Polisario comme un pays à part entière, le Maroc a vu sa politique Africaine peu à peu évoluer.
Aspirant à devenir un acteur continental majeur et un contributeur économique très actif, l’approche diplomatique Marocaine a progressivement muté.
Ainsi, profitant du contexte politique, social et économique défavorable et retrait progressif de certaines puissances en Afrique, la diplomatie Marocaine a privilégié une sensibilisation économique pour attirer et créer de nouveaux alliés.
Tournés principalement vers les pays considérés comme frères, parce que politiquement alliés, les tournées Africaines du Roi Mohammed VI ont pris une nouvelle tournure dès 2011 avec la visite de pays anciennement marginalisés. Ces tournées, principalement axés sur les échanges économiques, avaient principalement pour objectifs d’encourager une reprise de collaboration et d’échange diplomatique progressive.
Favorisé par les mutations politiques, principalement la chute du régime de Mouammar Kadhafi en Libye, le Roi Mohammed VI a voulu combler le vide laissé par des responsables anciennement opposés au Royaume pour rattraper son absentéisme et son manque d’activisme régional.
Basant sa reconquête continentale sur les atouts économiques et sociaux majeurs du Maroc, le Roi a pour principal objectif de faire du Royaume un acteur central du continent en mesure d’implémenter un modèle économique, social et religieux performant.
Cette reconquête Africaine fait du Maroc, un nouvel acteur continental phare et actif en quête d’alliance et leadership.