Programme du Séminaire Axe Ville et Groupe AOI
Circulations culturelles, cultures urbaines et identités en Afrique au XIXè et XXIè siècles


Les séances (exceptée celle du 4 mars) se tiendront à :
l’INALCO
65 rue des Grands Moulins, Paris 75013
M° et RER C Bibliothèque Mitterrand
Bâtiment Olympe de Gouges
Salle 522, 5éme étage

La séance du 4 mars se tiendra à :
l’Université Paris Diderot
8 rue Albert Einstein, Paris 75013

Ce séminaire « Circulations culturelles, cultures urbaines et identités en Afrique au XIXe et XXI e siècles » a pour objectif l’initiation des étudiants de Master 1 à la multiplicité des objets de recherche permettant d’étudier les processus de construction des identités.
Après trois années consacrées à diverses approches de la construction des identités ethno-politiques à diverses échelles, de la nation à la ville, à partir de cette année, le séminaire entend réfléchir à la relation entre les productions artistiques de diverses formes (picturales, cinématographiques, musicales mais aussi chorégraphiques et festives), les politiques culturelles publiques et l’émergence d’identités sociales, collectives ou individuelles, dans des cadres urbains ou au sein de réseaux urbains.
Les communications de l’année mettent en valeur le rôle des circulations dans l’élaboration des identités, soit qu’il s’agisse de circulation dans le temps avec des emprunts au passé laissant une marque dans l’élaboration de patrimoines spécifiques, soit qu’il s’agisse de circulations dans l’espace lorsque la réappropriation en un lieu donné de formes esthétiques venues d’ailleurs conforte les assises de groupes sociaux donnés. Ces phénomènes complexes ne seront pas envisagés comme de simples transferts rendant compte de manière mécanique de relations culturelles coloniales et post-coloniales dissymétriques. Nous verrons que les échanges nord-sud se combinent en effet, et parfois assez tôt, à des échanges sud-sud. S’ajustant à des conditions particulières et à des espaces de réception formant des configurations sensibles singulières, ils opèrent à des échelles variées, au niveau des jeunes nations, des régions, des espaces urbains ou infra-urbains. A partir du remodelage des imaginaires, de la perception que les sujets ont d’eux-mêmes au fil du temps, les pratiques culturelles individuelles ou collectives saisies dans leurs dynamiques spatiales et temporelles seront analysées dans leurs capacités à susciter des références communes comme des lignes de partage conflictuelles. Le séminaire mettra en valeur des stratégies d’acteurs culturels multiples (artistes, techniciens, décideurs) tout en soulignant la part active prise par des publics citadins impliqués à divers degrés dans des mécanismes de co-production. Le choix d’étudier des situations qui s’échelonnent de l’époque coloniale à aujourd’hui permettra de faire une part à la diversification des média et autres supports d’expression. Ceux-ci, du fait de leur métamorphose continue, induisent de manière subtile des étapes, des temporalités, des rythmes et des modalités différentes dans la fabrique des identités.

JPEG - 158.4 ko