DE FACCI Damiano



Membre de l’équipe de coordination de l’Atelier du CESSMA

Doctorant associé à l’IRMC de Tunis

Contact : damiano.defacci@gmail.com

Sujet de Thèse

"La participation des associations à l’action publique en Tunisie : référentiels de légitimation et configurations territoriales dans les villes de Kasserine et Sfax"

Directeur : Jean-Yves MOISSERON (CESSMA - IRD)

Publications

PUBLICATIONS SCIENTIFIQUES AVEC COMITÉ DE LECTURE

Articles de revue

2018

Sigillò Ester et Damiano De Facci, « L’économie sociale et solidaire : une nouvelle économie morale pour la Tunisie ? La construction de l’‘alternative’ à Médenine », l’Année du Maghreb n° 18, 2018-I.

2017

De Facci Damiano et Joseph-Désiré Som 1, « La démocratie au concret : Les enjeux politiques et territoriaux de la mise en place du Budget Participatif dans la Tunisie post-Ben Ali (2011-2016) », l’Année du Maghreb n° 16, 2017-I.

Belhadj Aymen et Damiano De Facci, « L’État dans l’impasse. La crise de l’emploi dans les régions de l’intérieur en Tunisie post-révolutionnaire », Maghreb-Machrek n° 226, 2017.

2015

Merone Fabio et Damiano De Facci, « The New Islamic Middle Class and the Struggle for Hegemony in Tunisia », Afriche e orienti 1-2/2015.

Chapitres d’ouvrage

2018

Merone Fabio, Ester Sigillò et Damiano De Facci, « Nahda and tunisian islamic activism », New Opposition in the Middle East dirigé par Dara Conduit et Shahram Akbarzadeh, édition Palgrave Macmillan 2018.

2016

De Facci Damiano, « L’emploi solidaire générateur d’inégalités en Tunisie ? », Réparer les inégalité ? dirigé par Monique Selim et Bernard Castelli, édition l’Harmattan 2016.

AUTRES PUBLICATIONS SCIENTIFIQUES

2019

De Facci Damiano (à paraître), « Organiser l’activité caritative, revendiquer le droit au développement à Sfax. Les associations caritatives à l’épreuve de la vie citoyenne », La sociologie pragmatique et l’étude des sociétés maghrébines (titre provisoire) dirigé par Mohamed Nachi, édition Nirvana, Tunis 2019 (à paraître).

2017

Moisseron Jean-Yves, Pauline Chabbert, Pauline De la Cruz, Gaëlle Gillot, Damiano De Facci, Kamel Kateb, Charlotte Groppo, France Guérin, « L’accès et le maintien des femmes à l’emploi de qualité au Maroc, en Tunisie et en Turquie », Note technique de l’AFD, juillet 2017.

2015

De Facci Damiano et Francisca Gutiérrez Crocco, « La primavera arabe en Túnez : antecedentes históricos y interpretaciones », Acción collectiva y movimientos sociales dirigé par Francisco Báez Urbina, édition Puntángeles-Universidad de Playa Ancha 2015.

2014

De Facci Damiano, « La révolution tunisienne et l’impact social sur l’économie », Le carnet de l’IRMC [En ligne : https://irmc.hypotheses.org/1620].

Communications

COLLOQUES INTERNATIONAUX

2017

« Les frontières de la marginalité dans l’action associative à Sfax, après la révolution », colloque international « La sociologie pragmatique et l’étude des sociétés maghrébines. Nouveaux objets, nouvelles méthodes », 9-10 novembre 2017, Tunis.

« Les réseaux associatifs locaux entre spécialisation et perméabilité, en Tunisie après la révolution », 7e congrès de l’Association Française de Sociologie (AFS), RT 35 « Sociologie des mondes associatifs », 3-6 juillet 2017, Amiens.

Avec Aymen Belhadj, « La gestion du problème du chômage dans les ‘régions de l’intérieur’ de la Tunisie : dogme néolibéral, centralisation et déni des fractures régionales », colloque final OTMA « 2011, dans le monde arabe : étape, tournant ou rupture ? », 29-30 juin 2017, Paris.

2016

Avec Ester Sigillò, « L’action associative orientée au développement en Tunisie : des modèles économiques alternatifs ? Les cas de Kasserine et Médenine », colloque de l’ERC WAFAW, « How economics matter ? L’an V des Révolutions au prisme de l’économique et du social », 12-14 octobre 2016, Beyrouth.

2015

« Associations et/ou révolution : les associations tunisiennes et le discours des ‘compétences’, entre promotion des carrières et prolongement de la précarité », 6e congrès de l’Association Française de Sociologie (AFS), RT 35 « Sociologie des mondes associatifs », 29 juin-2 juillet 2015, Saint-Quentin-en-Yvelines.

Avec Aymen Belhadj, « Jeunes, structures d’encadrement des chômeurs et politisation de la question sociale : les cas de Siliana, Jbeniana et Sfax », 2e colloque OTMA,« Les territoires à l’épreuve des changements dans le monde arabe », 4-5 juin 2015, Tunis.

« La formation d’une ‘société civile islamique’ en Tunisie : le cas de Sfax », 6e Congrès du réseau des associations francophones de sciences politiques (CoSPoF), ST 25 « Les recompositions des espaces politiques post-crises : mobilisations, engagement, désengagement et transitions », 5-7 février 2015, Lausanne.

SÉMINAIRES, JOURNÉES D’ÉTUDES ET ATELIERS DOCTORAUX

2018

Avec Jérôme Fresneau, « Terrains sous tensions. De la légitimation de l’enquêteur à la légitimation par l’enquêteur », colloque CODOFE (Colloque des doctorant.e.s de la Fédération Sciences Sociales Suds) « De la voix des enquêteurs à la voix du chercheur. Les processus de construction de la légitimité du jeune chercheur », 22-23 novembre 2018, Université Paris Diderot.

2017

« Acteurs et enjeux de la mise en place d’institutions d’économie islamique en Tunisie. Le cas de Sfax », séminaire « Islam et nouvel esprit du capitalisme », coordinateurs Dilek Yankaya et Frédéric Coste, 4 mai 2017, EHESS Paris.

« Les associations comme espaces d’opportunité et de conversion de ressources », Journées doctorales de l’IRMC « Interdisciplinarité et nouveaux objets de recherche », 10-11 mai 2017, Tunis, Tunisie.

« Revendiquer le droit au développement ou se légitimer par la prise en charge solidaire ? Les frontières de la marginalité dans l’action associative à Sfax, après la révolution », Journées d’études « Citoyennetés locales au Maghreb. Les perspectives de la longue durée », coordinateurs scientifiques Isabelle Gringaud et Sami Bargaoui, 12-13 mai 2017, Sidi Bou Saïd.

2016

Avec Ester Sigillò, « Les ‘autres Tunisies’ après la révolution : l’action associative pour le développement à Kasserine et Médenine », séminaire « Un paradigme tunisien ? Histoire et Sciences Sociales en Révolution », coordinatrice Jocelyne Dakhlia, 13 décembre 2016, EHESS Paris.

2015

« Organiser la solidarité et le développement en Tunisie après la révolution : la ‘société civile’ crée-t-elle des nouvelles inégalités ? », Journées d’études du CESSMA « Réparer les inégalités, penser la solidarité ou construire l’égalité ? », coordinateurs Bernard Castelli et Monique Selim, 18-19 novembre 2015, Université Paris Diderot.

2014

« Associations à référent islamique et économie islamique : éléments d’analyse d’une enquête de terrain à Sfax, dans la perspective d’une recherche sur le développement économique et l’intégration sociale en Tunisie », Atelier doctoral de l’IRMC, 15 décembre 2014, Tunis.

Recherche

2017-2021 Membre du projet ERC TARICA Advanced Grant : « Changements politiques et socio-institutionnels en Afrique du Nord. Confrontation des modèles et diversité des trajectoires ». Participation à l’axe de recherche 3 : « Les modèles de développement et de justice sociale ».

2012-2017 Membre du projet OTMA « Observatoire des Transformations du Monde Arabe », Fonds de solidarité prioritaire (FSP) du Ministère des Affaires Étrangères (2014-2017), coordinateurs France Guérin-Pace (INED) et Jean-Yves Moisseron (IRD). Participation aux axes « Acteurs » et « Territoires ».

2015-2017 : Co-responsable du projet OTERS (Observatoire Territorial de Siliana), financé par OTMA, encadré dans le programme de recherche de l’IRMC de Tunis « Inégalités régionales et défis du développement territorial », sous la supervision d’Alia Gana (CNRS).

Résumé de thèse

La révolution tunisienne de l’hiver 2010-2011 marque un événement majeur en ce qui concerne l’activisme associatif tunisien, avec la création de milliers d’associations. Le mouvement révolutionnaire s’est noué autour des questions d’emploi, de développement et de justice sociale, notamment portées par les jeunes des régions de l’intérieur du pays, qui dénonçaient leur marginalisation. Ces instances ont été plutôt reprises par des associations qui se sont investies sur un terrain délaissé par l’État, en essayant de participer aux processus de développement, de protection sociale et de prise de décisions au local.

Ma thèse se focalise sur la participation des associations à l’action publique en Tunisie, et notamment sur les processus de construction des cadres de légitimation de l’action associative au sein de forums et de sa configuration territoriale à l’échelle urbaine, dans le contexte d’incertitude politique et de crise socio-économique de la Tunisie post-révolutionnaire. L’objectif est d’analyser les transformations de l’action publique tunisienne au prisme du politique au-delà et en-deçà de l’État : les transformations des formes d’intervention de l’État, les formes socio-économiques et politiques de participation au pouvoir au local, et les subjectivations politiques.

Dans ce cadre, mon analyse s’axe sur deux ensembles de processus liés mais distincts : d’un côté, la construction de référentiels de légitimation de l’action associative et, de l’autre, l’émergence de configurations locales de l’action associative.