Travail, luttes sociales et régulation du capitalisme dans la Chine contemporaine


Les transformations économiques et sociales d’une Chine devenue capitaliste suscitent des commentaires fascinés ou craintifs. Quand les uns soulignent l’enrichissement de la population, le pragmatisme des dirigeants, et la grandeur retrouvée du pays, les seconds insistent sur les risques d’instabilité sociale, l’autoritarisme, la corruption et l’ampleur des dégâts environnementaux. En cherchant à renouveler l’analyse du développement chinois et de ses conséquences, cet ouvrage collectif et pluridisciplinaire encourage le lecteur à se défaire d’une vision manichéenne des mutations en cours. Pour ce faire, la transition économique est analysée au prisme des transformations institutionnelles et juridiques des entreprises et du rapport salarial. Si l’abandon des anciennes structures socialistes et le développement du secteur privé ont permis d’atteindre des taux de croissance inégalés sur plus de trois décennies, ils ont également conduit à la déstabilisation du monde du travail, avec l’émergence de conflits et de revendications qui menacent la stabilité sociale. Tout l’enjeu est alors de savoir avec quels acteurs (Etats, organisations de travailleurs, entreprises multinationales, « société civile ») et à partir de quels compromis sociopolitiques peut se construire une régulation « à la chinoise » du capitalisme.