BOLAZZI Floriane


Socioéconomie
Contact : fbolazzi@gmail.com


Sujet de Thèse

"La mobilité comme processus inter-relationnel dans le marché du travail indien. Une étude empirique en Uttar Pradesh"

Directrice : Isabelle GUERIN (CESSMA - IRD)

Communications

- Networks and Mobility. A comprehensive approach to the social structures and dynamics of Indian labour market, 10ème European PhD workshop in South Asian Studies, EASAS, 17 Juillet 2016, Lisbonne
- Le marché de l’emploi : un champ régulé par les réseaux ? L’exemple des“mobiles du travail” en Uttar Pradesh, 5èm Congrés International Asie & Pacifique, 9 Septembre 2015, INALCO, Paris
- Réseaux et mobilité professionnelle : regards croisés à partir d’études de cas du Nord de l’Inde » avec Arnaud Kaba, EHESS, LISST, Colloque Pluridisciplinaire de doctorants, « Penser les réseaux en SHS », 16 avril 2015, MSHA, Université Bordeaux Montaigne.
- Networks and Mobility. Palanpur study case, 16ème Ateliers Jeunes Chercheurs de l’Association Jeunes Études Indiennes (AJEI), 12 février 2014, au Centre for Informal sector and Labour Studies, Jawaharlal Nehru University, New Delhi, Inde.

Publications

http://www.cshdelhi.com/images/Publ...

Résumé de thèse

En Inde, les castes de service englobent tout un ensemble d’artisans qui, dans le passé, de part leur statut social, se perpétuaient depuis des générations, de pères en fils, leur savoir-faire et faisaient bénéficier de leurs services les villageois des castes plus élevées.

Aujourd’hui, dans le contexte néo-libéral dans lequel l’économie indienne évolue depuis les années 1990, la plupart de ces artisans, sous la pression des changements structuraux du marché de l’emploi, quittent leur village pour chercher un emploi en milieu urbain. Si, pour certains, la flexibilisation de l’emploi représente une chance de se libérer du rapport de patronage et d’interdépendance qui les liaient aux castes dominantes, pour la plupart d’entre eux, malgré la mobilité accrue, il s’avère difficile de s’extraire de la condition de vulnérabilité sociale qui les maintient au plus bas de l’échelle. Ma thèse porte sur l’étude des trajectoires socio-professionnelles de ces artisans migrants, l’évolution de leurs rapports à la hierarchisation sociale, entre caste et classe, entre liens d’origine ruraux et nouveaux liens urbains. Mes recherches tentent de définir les critères qui différencient les parcours ascensionnistes des autres, en analysant les différentes opportunités d’emploi dans le secteur de l’artisanat et les processus de mobilité en lien avec les réseaux, qui représentent un critère determinant de l’accès à l’emploi, dans des économies fortement informelles comme le cas de l’Inde. La question centrale de ma thèse interroge l’émancipation de ces basses castes aux travers des transformations socio-économiques propre au milieu dans lequel elles évoluent, en lien avec les mutations du secteur de l’artisanat et la reconfiguration des rapports de travail en milieu urbain.