VOYAU Hélène - CESSMA - Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques

VOYAU Hélène


Études chinoises
Titulaire d’un contrat doctoral USPC
Contact : helene.voyau@gmail.com

Sujet de Thèse

« Devenirs contemporains de la culture taoïste dans le monde chinois : entre discours savants et popularisation médiatique »

Directeur : Frédéric Wang (INALCO, ASIEs)
Co-directeur : Sébastien Billioud (CESSMA - Université Paris Diderot)

Communications

- « Le sujet dans l’art chinois : arts du pinceau et culture de soi », in Le Sujet dans les pensées extrême-orientales et occidentales : approches croisées, Séminaire Interdisciplinaire Doctoral organisé par Kim Sang Ong-Van-Cung (SPH), Bordeaux, Université Bordeaux Montaigne, 27 novembre 2014.
- « Destins contemporains du taoïsme en Chine : rétrospective historique, état des lieux et nouvelles questions », in État, religion, philosophie : stratégies discursives, phénomènes de réinvention et d’hybridation en Chine et au Japon, Journée d’Étude organisée par Eddy Dufourmont (SPH), Bordeaux, Université Bordeaux Montaigne, 19 mars 2015.

Publications

(à venir) « Xiong Shili (1885-1968) et sa relecture du confucianisme », in Mille ans de pensée chinoise, dir. Jean-Claude Pastor Ferrer, Indes savantes, automne 2015.

Résumé de thèse

Depuis l’entrée de la Chine dans la mondialisation, et parallèlement au retour en force des pratiques religieuses et thérapeutiques du taoïsme, émergent de nouveaux types de discours à travers lesquels la culture savante taoïste se développe et se dissémine désormais selon deux modes : l’un académique, l’autre vulgarisateur. D’un côté, les nouveaux garants de la culture savante taoïste, à savoir, une certaine élite intellectuelle, s’attachent à renouveler la lecture des anciens textes fondateurs, tandis que, dans la sphère des média et dans certaines publications, ces textes fondateurs font l’objet d’une vulgarisation pour l’usage du plus grand nombre. Le phénomène sur lequel va porter notre travail se produit dans le contexte d’une Chine post-maoïste où un vide idéologique et une grave désagrégation de la culture chinoise dans son ensemble appellent à une « reconstruction culturelle ». Ce besoin de reconstruction donne lieu, depuis près de trois décennies, à une production de discours contrastés où s’opère un phénomène complexe de retour, de réinvention et d’instrumentalisation de la culture traditionnelle chinoise. Notre thèse portera sur les devenirs contemporains de la culture (savante) taoïste au sein de ce processus global de reconstruction de la culture et de l’identité chinoises.