BENITEZ MARTINEZ Maria Victoria - CESSMA - Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques

BENITEZ MARTINEZ Maria Victoria


Histoire et Civilisations
Contact : mvbm@hotmail.com

Sujet de Thèse

« Un carrefour migratoire au cœur de l’Amérique du sud : Le Paraguay du XIXe et du XXe siècles ».

Directeur de thèse : Zacarias MOUTOUKIAS (CESSMA - Université Paris 7 Diderot)

Résumé de thèse

Cette recherche de thèse vise à donner une compréhension heuristique du processus d’immigration au Paraguay.
En explorant ce terrain de recherche grâce à une observation fine et une prospection historique, il s’agira de s’intéresser aux spécificités de la population immigrante, et à la manière dont les migrants investissent le territoire national, tout en cherchant à comprendre comment ce processus s’actualise au cours du temps.
Grâce à une méthode croisant approche statistique et approche historique de la population d’immigrants par rapport à la population paraguayenne, cette recherche explore les liens entre les tendances globales en matière d’immigration et leurs articulations dans le cadre de la politique d’immigration paraguayenne, en comparant les stratégies des différents acteurs impliqués dans ce processus migratoire.
Plus spécifiquement, l’analyse s’attache à décrire la manière dont le projet d’immigration (qu’il s’agisse des français, des syro-libanais, des japonais, des allemands, des italiens, ou des mennonites) s’organisent et selon quels moyens. Les buts étant de voir comment ces projets d’immigration sont facilités ou défavorisés, d’examiner le rôle de l’État dans le processus d’immigration, de porter une attention particulière aux relations que ces acteurs et l’État entretiennent avec les immigrants, et pour finir de s’intéresser aux pratiques de socialisation des immigrants.

Mots-clés : histoire sociale et culturelle, immigration, population, anthropologie sociale et culturelle, Amérique du sud, Paraguay, civilisation historique.

Cette étude propose une analyse critique du système d’immigration paraguayen à partir d’un examen du processus d’accueil des immigrants, de la catégorie des colons et des commerçants. Il s’agit d’interroger la situation des populations d’immigrants en se focalisant sur la situation économique, sociale et politique afin de saisir la manière dont l’État gère cette dynamique migratoire. Plus précisément, il s’agit de comprendre comment les divers vagues d’immigrants se sont cristallisées dans le temps. Il ne s’agit pas tant d’interroger les conditions d’émergence que d’analyser les effets produits à l’échelle du pays. Il importe également d’identifier les différentes stratégies et pratiques à l’œuvre dans le processus d’immigration. Partant d’une étude de cas, il sera possible de dégager des dynamiques et des traits plus généraux tout en rendant manifestes les liens entre des tendances globales en matière d’immigration (stratégies et adaptation) et leurs articulations avec la politique nationale.
Cette recherche s’articule autour de trois approches : la première se veut être, historico démographique, la seconde considère l’État et la question de l’autorité d’un point de vue historique et la troisième appréhende les dynamiques de socialisation. L’imbrication de ces trois approches permet de mettre la focale sur plusieurs éléments constitutifs du dispositif entourant l’immigration et les institutions (notamment paraguayennes) : les textes législatifs et réglementaires, les politiques, les discours, les diverses mesures économiques et procédures mises en œuvre, etc.
En orientant la problématique sur la spécificité de l’immigration, il s’agit de la réinscrire dans une historicité pour comprendre comment l’immigration s’est constituée au sein de la population paraguayenne. C’est donc le processus historique et évolutif- sur lequel prend corps la question de l’immigration qui est ici interrogé. La compréhension de la mise en œuvre de l’immigration sera également permise grâce à un examen des politiques d’immigration des pays voisins (Argentine, Brésil et Uruguay).
Les données socioéconomiques quant à elles, permettent de comprendre les stratégies et les pratiques professionnelles des immigrés, de dégager les effets qu’elles produisent sur leurs parcours de vie ainsi que les processus d’installation, de réinstallation et de départ, et enfin d’examiner les micro-politiques à l’œuvre. En somme, cette recherche permet de saisir en quoi consiste la spécificité de l’immigration au Paraguay. Pour finir, les arguments développés seront réinscrits dans des logiques plus larges de la gestion moderne de la migration.
Après une brève présentation de l’histoire bien connue de la crise démographique, les différents types de mouvements d’immigration seront examinés à la fois sous un angle statistique et historique.
La deuxième partie traite de la première immigration organisée au Paraguay. Elle sera d’une part abordée en rapport avec le travail de la terre et les transformations économiques et sociales efficientes tant au niveau de la ville qu’à l’intérieur du pays. D’autre part, l’immigration sera envisagée dans le contexte de l’évolution socioéconomique du pays ce qui amènera à en souligner les facteurs endogènes et exogènes.
L’immigration extra latino-américaine sera l’objet de la troisième partie et sera examinée à travers les différentes vagues migratoires qui de manière successive ont façonné et transformé le paysage social et économique du pays.
L’importance de l’immigration internationale ainsi que la composition de la population immigrée au Paraguay s’expliquent en grande partie par la nature et les besoins de main d’œuvre dans plusieurs secteurs. Cette recherche se terminera donc par une comparaison des plus grands groupes d’immigrés selon leur région d’implantation, tant au niveau de développement économique qu’au niveau démographique et social.