NARRING Timothée - CESSMA - Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques

NARRING Timothée


Contrat doctoral Paris Diderot (2017-2020)
Contact : timothee.narring@gmail.com


Sujet de Thèse

Les pratiques financières des marges urbaines au contact des banques communautaires de développement

Directrices de thèse : Isabelle Guérin (CESSMA, IRD) et Blandine Destremau (IRIS, CNRS)

Résumé :

La financiarisation, c’est-à-dire le recours croissant des ménages à des titres financiers, constitue un processus essentiel, situé au cœur des transformations entamées par l’ensemble des sociétés depuis la fin des années 1970. La croissance du pouvoir des acteurs financiers au détriment des salariés et l’amplification des inégalités de revenus et de patrimoines est l’une de ses principales caractéristiques (Piketty, 2013).
Face à la succession des crises financières, les approches critiques interprétant ce processus comme une nouvelle forme d’accumulation ont rencontré une forte résonnance (Lazzarato, 2011 ; Harvey ; Graeber, 2014). Elles mettent en lumière le rôle essentiel des Etats dans l’abandon de leur souveraineté monétaire et la conversion de l’ensemble des sphères sociales à la logique de marché. Les crises financières et le régime politique qui leur est appliqué, « socialisation des pertes, privatisation des profits », ne feraient donc que renforcer la captation des revenus des contribuables au profit d’une élite financière.
Pour Maurizio Lazzarato, la financiarisation coïncide avec l’émergence d’un nouveau paradigme : celui de l’« homme endetté », assiégé par le coût exorbitant de crédits massifiés, d’assurances privées et de retraites capitalisées (2011). Le recours à l’endettement, rendu nécessaire par les politiques de déflation salariale et le démantèlement des systèmes de protection sociale, illustre un transfert de responsabilité des Etats et des entreprises aux individus. Il oblige une masse de débiteurs appauvris à payer intérêts et pénalités alors que les plus puissants (too big, too fail) sont exonérés de toute contrainte de remboursement. La dette opère alors comme un mécanisme de pouvoir, privant les individus du contrôle de leur temps et de la possibilité de se projeter dans le futur.
Cette approche critique, relayée également par l’anthropologue David Graeber, gagne en résonnance avec la crise des subprimes. Néanmoins, elle rend peu compte de la manière dont l’endettement est vécu au quotidien par les populations. D’autres travaux documentent l’ampleur de ces conséquences empiriques aux Etats-Unis, en Espagne ou en Grèce (Palomera, 2014). En revanche, on dispose de peu de données sur ces réalités dans les « Suds ».
Certains pays comme le Brésil présentent des cas singuliers de financiarisation des ménages. Celle-ci prend la forme d’une politique massive de crédit à destination de populations récemment intégrées au système bancaire. Le volume conséquent des emprunts et l’application de taux d’intérêt élevés en font un cas aigu d’accumulation privée par le secteur financier, produit du surendettement des catégories moyennes et populaires (Dowbor, 2016). Toutefois, nos premières observations de terrain permettent de relever une certaine résilience des ménages dans leur capacité à reproduire leurs conditions de vie ainsi qu’une diversité de situations concernant le vécu du surendettement. Elles soulignent aussi l’émergence d’initiatives comme les Banques Communautaires de Développement (BCD) qui pensent la dette à l’échelle d’un territoire comme moyen de démocratiser l’accès au crédit et de soutenir les économies locales.
Combinant une approche ethnographique des pratiques financières des ménages avec une analyse socioéconomique des BCD, appréhendées à partir de leurs dynamiques territoriales, notre projet de thèse vise ainsi à explorer l’ambivalence de la dette dans le cas brésilien.

Publications

- Démocratiser la finance par les marges : l’expérience des banques communautaires, Revue Internationale de l’Economie Sociale (RECMA), 2018 (à paraître)

Communications

- Les banques communautaires, protection ou normalisation des marges urbaines-Paris, EHESS, Séminaire « Socioéconomie de la globalisation et du développement », Isabelle Guérin, 20 avril 2017.

- Os bancos comunitarios : proteção ou normalização das populaçoes periféricas-Salvador de Bahia, UFBA, Séminaire « Les formes d’organisation de l’économie solidaire », Genauto Carvalho da França Filho, 14 janvier 2017.




Agenda

<<

2018

 

<<

Juin

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301